Comment apprendre à déguster le vin ?

déguster le vin

Le vin est une boisson authentique, qui se dérobe depuis la bouteille, jusqu’en mise en bouche. Il s’agit d’une boisson qui demande que l’on apprécie chaque goutte, pour reconnaître sa qualité. Toutefois, la dégustation de vin s’apprend petit à petit, demande de l’exercice régulier et s’excelle avec de l’expérience. Pour apprendre alors à déguster le vin, il faut user de ses sens organoleptiques comme la vue, l’odorat et le goût.

Voir à travers sa robe

La dégustation de vin commence par un examen visuel. À première vue, la qualité d’un vin est définie à travers sa robe (intensité de couleur). En allant plus loin, ces qualifications s’ajoutent avec le reflet, la limpidité et la viscosité du vin. En raison de quoi, cette boisson se boit toujours avec un verre spécial vin. En effet, ce contenant réfléchit mieux la lumière, pour souligner la subtilité d’un vin.

Pour se faire alors, inclinez légèrement le verre, tout en tournant le vin dedans. Le reflet en bordure de verre indique la limpidité (cristallin, transparent, brillant, opaque, bourbeux) et la ténacité en acide du vin. Plus l’aspect est brillant, plus le vin est acide et apporte de la vivacité en bouche. Redressez ensuite le verre, pour déduire la viscosité du vin, en fonction de l’écoulement du liquide sur les parois du verre. Ainsi, un vin peut être fluide ou épais. La texture épaisse s’ajoute avec le degré d’alcool et la teneur en sucre du vin. En ce qui concerne la robe d’un vin, plus l’intensité est forte, plus le vin est âgé. Son goût est plus vif.

Pour plus d’informations sur le sujet, veuillez visiter www.vinavin.fr

Connaître les arômes

Chaque vin se différencie selon ses cépages et aromatisations. Le temps de fermentation d’un vin ajoute également de l’ampleur à ses arômes. L’odorat jour donc un rôle important dans la dégustation de vin. Un goûteur peut définir le cépage d’un vin, à travers les senteurs qu’il déduit avant la mise en bouche. Ainsi, la senteur d’un vin se fait en deux temps pour une dégustation odorante. D’abord, le premier nez consiste à inspirer le vin pour donner ses premières impressions. Il s’agit d’une définition globale de la tendance aromatique du vin : floral, fruité, boisé, épicé, etc. Selon que le goûteur sent ou non des arômes, un vin peut être ouvert ou discret.

Une fois que vous avez perçu la famille des arômes du vin, précisez chaque arôme en prolongeant votre odorat dans le verre de vin. Pour cela, mettez le vin en contact de l’air et faites-le tourner de temps en temps, sans trop bousculer. Cette technique permet de distinguer chaque arôme contenu dans le vin.

Savoir apprécier l’équilibre de ses saveurs

Travaillant en relief avec l’odorat, l’examen gustatif ajoute plus de précision à son approche olfactive dans la dégustation de vin. La qualité gustative d’un vin se reflète à travers l’équilibre, la longueur, la complexité, et l’expression du vin dans la bouche.

Pour mieux cerner sa qualité, faites un bain de bouche pour apprécier la saveur du vin. Ainsi, un bon vin laisse un goût équilibré : ni trop sucré, ni trop acidulé, etc.  Aucun goût ne doit être trop prononcé pour atténuer les autres. La complexité d’un vin, viens avec les différentes nuances d’arômes et de goûts que l’on perçoit dans sa bouche. Un grand vin exprime aussi le cépage utilisé pour le produire. Avec ces critères, s’ajoute la longueur d’un vin pour le qualifier. Un bon vin laisse ses arômes plus longtemps dans la bouche.

 

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *