Comment mettre en œuvre la ouate de cellulose ?

ouate de cellulose

De par ses propriétés d’isolateur thermique et acoustique, la ouate de cellulose est de plus en plus prisée dans le secteur de la construction. Ce matériau innovant est également très plébiscité grâce à ses multiples avantages et ses différentes méthodes d’utilisation et d’installation. Il trouve son usage dans tous les types de bâtiments. Cependant, pour le grand public, de nombreux aspects sur la ouate de cellulose restent à découvrir. 

La mise en œuvre par soufflage

Le soufflage est une technique d’application de la ouate de cellulose sur une surface horizontale. Pour ce faire, l’opérateur se sert d’un pistolet pneumatique à sec en vue de projeter la matière sur la surface. Cette méthode est réservée pour une ouate de cellulose avec une densité entre 28-35 kg/m3.

La mise en œuvre de la ouate de cellulose par soufflage trouve notamment son intérêt dans le remplissage des combles non-réparables. De par sa légèreté, son occupation intégrale et homogène de l’espace, la matière est très exploitée dans le but de rénover les plafonds. Certaines utilisations se rencontrent dans la réalisation de contour de trappe et de garde au feu des cheminées.

Le soufflage est une opération simple mise en œuvre par deux ou plusieurs opérateurs. Des piges de hauteur aident à contrôler le remplissage. Il suffit de commencer depuis la partie la plus éloignée de l’accès. D’ailleurs, il est important de noter que le soufflage représente une solution à long terme. Le séchage de la ouate de cellulose soufflée est très rapide.

L’application par insufflation

Si le soufflage est destiné aux parois horizontales, l’insufflation est utilisée pour la mise en œuvre de la ouate de cellulose sur une surface verticale. Une autre différence réside dans la technique d’injection à sec qui se déroule sous pression. L’insufflation est adaptée à l’ouate de cellulose d’une densité entre 50-60 kg/m3.

Grâce à l’insufflation, les ouvriers remplissent aisément les cloisons et les cavités dans les murs. Les professionnels privilégient cette astuce pour uniformiser les constructions comme les structures à ossatures en bois. Il en est pareil pour les surfaces inclinées comme les toitures. Il suffit de fournir des caissons et des cloisons résistants pouvant résister aux pressions d’insufflation des fibres.

Le choix d’une densité de 50-60 kg/m3 s’explique par la légèreté de la matière et l’importante faculté d’occuper l’espace. Pour les réparations en hauteur, l’insufflation convient parfaitement. Il est indispensable de respecter une largeur maximale de 70 cm.

La mise en œuvre par projection humide

Le soufflage et l’insufflation se font à sec. L’on en fait principalement usage pour combler et renforcer des surfaces. En revanche, la mise en œuvre de la ouate de cellulose par projection humide est associée à une quantité d’eau maîtrisée. La densité de la ouate de cellulose ballote entre 40-50 kg/m3. Cette méthode ne convient qu’aux surfaces qui supportent l’humidité. Il est possible d’appliquer la ouate de cellulose avec le flocage sur du béton, des briques et des parpaings.

La projection humide est surtout appliquée lors des travaux de finition soignée. L’humidité favorise l’adhérence de la ouate de cellulose sur les murs de la manière d’un enduit. Le temps de séchage est en fonction de la quantité d’eau combinée à la matière, de la température et de l’aération de la pièce. Une vérification au préalable du taux d’humidité est impérative pour réussir une application impeccable. Cette valeur doit être inférieure à 25 %. Un raclage électrique après la projection améliore la qualité des travaux en éliminant les surplus de matières.

L’application à la main

L’application de la ouate de cellulose à la main est aussi une alternative. Pour cela, il faut avant tout décompacter la matière à l’aide d’une perceuse, par exemple. Puis, le remplissage et les contrôles d’épaisseur s’effectuent à la main. Cette méthode de mise en œuvre de la ouate de cellulose exige beaucoup de temps et de délicatesse. De plus, elle est employée pour des travaux de faibles ampleurs comme le bouchage d’un trou. L’usage d’une machine de soufflage, d’insufflation ou de projection humide est fortement recommandé pour traiter de grandes surfaces.

Quant aux combles ventilés, la stabilisation de la ouate de cellulose est favorisée par un peu de pulvérisation d’eau. Cette opération est appelée croûtage et dont la négligence peut conduire à différentes dégradations de la matière. À chaque technique de mise en œuvre, garantir une fermeture adiabatique est nécessaire pour obtenir des isolations thermique et phonique satisfaisantes avec la ouate de cellulose.

Dans tous les cas, des précautions sont à prendre en compte avec la pose de la ouate de cellulose. Pensez donc à bien calculer la quantité de matières nécessaires, étudier l’étanchéité des endroits à remplir et respecter une distance minimale par rapport à des sources chaudes. Faire appel à un professionnel constitue la meilleure démarche pour assurer une mise en œuvre de qualité et selon les normes.

Publié le
Catégorisé comme Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *