Considérations sur le travail d’un analyste judiciaire en informatique

analyste judiciaire

Les ordinateurs ont grandement amélioré notre vie. Malheureusement, la technologie peut aussi se révéler être une arme sophistiquée ou une aide à la criminalité. Les criminels d’aujourd’hui sont plus conscients de la technologie et capables de suivre le rythme de l’époque. L’intérêt pour la criminalistique s’est accru en raison des émissions de télévision populaires.

Cependant, l’ensemble du processus est en fait plus méticuleux et plus épuisant à réaliser par rapport aux scènes de la télévision. L’un des aspects de l’équipe d’enquête serait l’analyste judiciaire en informatique. Comme pour tout autre travail, ils ont un certain nombre de choses à considérer, celles-ci étant notamment listées par Apprendre Informatique

En raison des progrès technologiques, les forces de l’ordre ont également intégré l’informatique dans leur processus juridique. Les crimes utilisant les ordinateurs et les technologies de l’information étaient à l’origine sporadiques. Cependant, avec l’avènement de la technologie moderne qui influence tout ce que nous faisons, les criminels savent qu’ils doivent suivre le rythme de l’époque. L’internet est devenu un refuge pour ceux qui commettent des fraudes.

Une journée dans le métier

Les émissions de télévision sur la police scientifique ne décrivent pas exactement une journée dans le travail des enquêteurs de police scientifique. Les tâches qu’ils accomplissent sont mentalement épuisantes et prennent beaucoup de temps. Elles peuvent sembler intéressantes en raison des angles de caméra et des effets spéciaux, mais en réalité, il faut beaucoup de patience et une grande attention aux détails.

Les analystes informatiques s’occupent davantage d’analyser les systèmes informatiques pour savoir s’ils ont été utilisés ou s’ils ont fait l’objet d’activités illégales ou de crimes. Ils cherchent également à savoir si les calculs du suspect contiennent des éléments de preuve susceptibles de contribuer à l’enquête sur l’affaire.

Les preuves électroniques peuvent être recueillies auprès de différentes sources. Le travail de l’entreprise en est un exemple. L’analyste peut rassembler les informations en trois parties. D’abord sur le poste de travail du suspect, puis sur le serveur auquel il a accédé et enfin sur le réseau qui les relie.

Comme tout autre élément de preuve, les informations recueillies doivent être manipulées avec précaution. Elles doivent également respecter les normes de recevabilité des preuves afin qu’elles soient acceptées par le tribunal. L’analyste ne peut utiliser que des méthodes et des outils qui ont été testés et évalués pour s’assurer qu’ils sont fiables et précis. Les outils peuvent être vérifiés gratuitement par le Defense Cyber Crime Institute.

Les preuves originales doivent être manipulées le moins possible afin que les données ne soient pas modifiées. Les données électroniques peuvent être facilement modifiées par rapport aux preuves physiques. Les analystes doivent également faire attention aux virus, aux dommages et aux pièges.

Après l’analyse des preuves, l’analyste établit et maintient la chaîne de possession. Les preuves seront alors stockées à leur place. Une fois l’examen terminé, l’analyste documente ses rapports et ses conclusions. Cela comprend également tout ce qu’il a fait jusqu’à présent dans le cadre de son enquête. L’analyste doit garder à l’esprit qu’il doit aller au-delà de ses connaissances et aborder l’enquête sans parti pris.

Si les preuves originales ont été endommagées ou modifiées d’une manière ou d’une autre, elles ne seront plus recevables devant un tribunal. Dans ce cas, l’analyste doit considérer à quel moment les opérations ont été gênées. En outre, l’analyste doit également considérer comment seront traitées les informations sensibles qui ont été découvertes involontairement.

L’analyste doit également être prudent dans le traitement des preuves numériques provenant d’un propriétaire qui n’a pas donné son accord pour l’enquête. Cela se produit dans la plupart des cas. Outre le fait que les preuves sont irrecevables devant un tribunal, l’analyste peut également être poursuivi en justice.

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *